La santé des narbonnaises et narbonnais en danger!

PCB, pesticides, uranium, acide fluorhydrique, ammoniaque, nitrates, produits toxiques, agents chimiques…

Narbonne est une véritable petite Camargue audoise, avec ses canaux qui sillonnent la ville, de part en part, la Mayral, le Tauran, et le canal de la Robine. Ce dernier est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO et termine sa course dans la Méditerranée, à Port la Nouvelle.

Plusieurs activités industrielles ont contribué depuis une cinquantaine d’années à polluer les cours d’eau autour de Narbonne : pollutions aux PCB (polychlorobiphényles), aux nitrates, à l’ammoniaque, à l’uranium, aux pesticides,et au cadmiun (Scté Languedoc Micron Couleur)…et d’autres…

Aujourd’hui, et après la rupture d’une digue des bassins B1 et B2 de l’usine Comurhex Malvesi en 2004 (située sur la commune de Narbonne), les cours d’eau font toujours l’objet de questionnements sur leur état et le danger qu’ils font courir aux populations, dans l’onglet “documents” de ce site, vous pouvez retrouver l’ensemble des pièces techniques pour vous en donner une idée cliquez ici.

De plus, il faut étendre ce questionnement aux nappes phréatiques, l’eau polluée des canaux s’infiltrent naturellement dans les couches terrestres, rendant l’eau des forages et puits possiblement impropres à l’arrosage.

Les eaux du canal de la Robine ainsi que celles du Tauran sont utilisées pour l’arrosage des maraîchers, des cultures, l’inondation des vignes et des rizières.

En outre, ces deux cours d’eau sont frappés d’une interdiction de commercialisation et de consommation de poissons d’eau douce (toutes espèces) par arrêté préfectoral depuis le 30/11/2011 pour une contamination par les PCB (polychlorobiphényles).

Les Narbonnaises et Narbonnais qui travaillent tous les jours au contact de cette eau, qu’ils soient agriculteurs, vignerons, maraîchers, sont les premières victimes potentielles de ces pollutions diffuses et hautement toxiques.

Le canal de la Robine est aussi très fréquenté par le tourisme fluvial, les pêcheurs amateurs et les enfants qui s’y baignent ont une méconnaissance totale du danger.

C’est fort de ses interrogations, qu’un collectif de citoyens Narbonnais apolitique a vu le jour.

Cette situation trop longtemps passée sous silence nous interroge.

L’association TCNA « Transparence des Canaux de la Narbonnaise », a vu le jour, pour faire la lumière et toute la lumière sur ces questions vitales liées à l’eau et à la santé des habitants de la Narbonnaise.

Comprendre le passé, analyser le présent et agir pour le futur, tels sont les objectifs de notre association qui se bat pour vous, pour votre santé et pour plus de transparence auprès des pouvoirs publics.

Revenir en haut de page