Extrait du « Journal of Environmental Monitoring » de 2012 Source: SITE IRSN ARCHIVES

Alors que l’opération « Portes ouvertes d’Orano Malvesi » bat son plein, nous avons trouvés dans les archives de l’IRSN cet article sur Malvesi rédigé en anglais provenant du « Journal of Environmental Monitoring » publié par The Royal Society of Chemistry (UK) que nous avons traduit en français.

Pour information: les actinides sont une famille du tableau périodique (aussi appelé table de Mendeleïev).

Métaux lourds, ils sont tous radioactifs, pour en savoir plus +


La traduction du texte est issu de l’article original présent sur le site de l’IRSN, la version originale est consultable en suivant ce lien: https://bit.ly/2xZxLMj


Une activité accrue des actinides et de certains produits de désintégration a été signalée pour les feuilles de cyprès (Chamaecyparis nootkatensis) en bordure de l’usine de traitement de l’uranium de Malvési, dans le sud-ouest de la France.

L’activité accrue est due à la libération d’actinides via les cheminées et les étangs artificiels à l’intérieur de l’installation.

Cette étude a été menée pour caractériser les particules en suspension dans l’air déposées sur la surface des feuilles et pour déterminer si des particules radioactives peuvent être identifiées ou non.

Les échantillons de feuilles séchées à l’air ont été examinés par microscopie électronique à balayage, en combinaison avec la spectrométrie de rayons X à dispersion d’énergie.

Les échantillons ont été analysés systématiquement dans des modes d’électrons secondaires et rétrodiffusés.

Des particules de taille <200 nm à 40 μm ont été trouvées sur la plupart des parties de la surface de la feuille adaxiale, mais elles sont particulièrement abondantes à la limite entre les feuilles faciales et latérales.

La majorité des particules analysées pourrait être attribuée à cinq classes principales: les carbonates, les silicates, les sulfates, les oxydes / hydroxydes et les halogénures.

En outre, d’autres types de particules ont été trouvés, y compris des alliages de Fe; les phases du groupe scheelite; les phosphates; les sulfures; et des sphères de cendres volantes.

Des particules similaires ont également été observées à la surface d’un échantillon de blé utilisé pour la comparaison.

Les particules riches en U, qui ont été observées sur les feuilles de cyprès seulement et qui ont été identifiées comme des oxydes U, sont particulièrement intéressantes, à l’exception d’une particule, qui est un fluorure d’U-oxyde.

Ces particules riches en U ont été libérées dans l’atmosphère par l’installation nucléaire avant leur dépôt sur les surfaces des feuilles. Comme la plupart des particules riches en U ont un diamètre inférieur à 2,5 μm, elles sont respirables.

Une fois inhalées, les particules contenant des isotopes émetteurs alpha représentent une source potentielle de rayonnements ionisants à long terme dans les poumons et constituent donc une menace pour la santé des personnes vivant à proximité.