Narbonne : 800 participants à la grande marche funèbre contre Orano

À l’appel de l’association TCNA, ils étaient très nombreux dans les rues de Narbonne hier.

Héraut de la lutte contre les deux futurs projets d’Orano, l’association TCNA (Transparence des canaux de la Narbonnaise) avait appelé à une grande marche funèbre à Narbonne.Malgré l’actualité chargée, et des manifestations prévues par les gilets jaunes et par les défenseurs des droits des Femmes, un grand nombre de personnes avait répondu à l’appel. Sur le parvis de la médiathèque, le président de TCNA Fabrice Hurtado a remercié tous les participants d’être venus, ainsi que les associations et collectifs amis* qui se sont greffés à l’événement, avant de rappeler pourquoi son mouvement luttait contre le grand groupe industriel Français.

« Deux funestes projets »

« Un an après la manifestation qui avait réuni plus de 2 000 personnes ici l’an dernier contre le procédé TDN (four à effluents radioactif nitratés), nous nous retrouvons ensemble pour manifester notre colère et notre indignation ». Devant une foule attentive, Fabrice Hurtado a poursuivi en évoquant le nouveau projet, passé inaperçu au moment de son adoption : « Quelle ne fut pas notre surprise, notre stupeur, quand ces derniers mois nous avons appris qu’en parallèle du TDN, l’Etat – par l’intermédiaire du préfet de l’Aude – avait autorisé en catimini et sans enquête publique, la création d’un atelier de production de dioxyde d’uranium baptisé NVH, avec à la clef l’installation d’une nouvelle cheminée de 20 mètres de haut. Pourquoi l’Etat n’a pas soumis ce projet à une enquête publique ? Que cache ce projet pour que le préfet décide de le passer sous silence ? »

« Pourquoi l’Etat n’a pas soumis le projet NVH à une enquête publique ? »

Après ces interrogations, Fabrice Hurtado a rassuré la foule quant à l’engagement de TCNA qui, il l’assure, reçoit « des adhésions et des dons de plus en plus nombreux chaque jour, ce qui nous permet de poursuivre les procédures juridiques ». Enfin, il a rappelé le drame de l’usine AZF de Toulouse « à ceux qui ne veulent pas voir les risques », avant d’annoncer au micro les dangers potentiels des deux projets d’Orano côte-à-côte : « Demain avec TDN, c’est de l’hydrogène qui sera produit dans le réacteur, tandis qu’à proximité, Orano produira du dioxyde d’uranium avec les mentions de dangers suivantes : H300 Mortel en cas d’ingestion ; H330 Mortel par inhalation ; H373 Risque présumé pour les organes humains à la suite d’expositions répétées ou prolongées ; H411 Toxique pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long terme ».

Après cette prise de paroles particulièrement applaudie, la marche funèbre s’est élancée, dans un silence de mort. Devant quelques points stratégiques, (l’office de tourisme, la mairie, les Halles ou la place du Forum) le cortège constitué d’environ 800 personnes s’est arrêté pour déposer des gerbes qui indiquaient : « à nos produits bios », « Narbonne sacrifiée à l’industrie nucléaire », « en mémoire de notre environnement défunt » ou encore « adieu à nos produits du terroir ».

* : Les Familles papillons, Covidem, Rubresus, Confédération paysanne, etc.

Germain Cauffopé